Quelles solutions naturelles contre la douleur ?

6 mars 2020

Les antalgiques, médicaments agissants contre la douleur, sont les remèdes les plus achetés à des fins d’auto-médication. Tout le monde connaît le paracétamol, l’aspirine, et l’ibuprofène. Malgré leur aspect familier, ces médicaments ne sont pas anodins. Saviez-vous que la prise de plus de 3 grammes de paracétamol par jour peut entraîner de graves lésions du foie? De plus, les prises doivent être espacées de 6h!

Voici quelques alternatives naturelles aux antalgiques classiques proposées par la naturopathie. Vous pouvez les utiliser en relais, entre les prises de paracétamol par exemple, ou en traitement de fond..

1- Contre les douleurs ponctuelles

L’arnica, la plante des bobos du quotidien

Une bosse, une brûlure, un coup de soleil, une ecchymose… Si vous avez des enfants, ou si vous pratiquez des activités de plein-air, privilégiez les baumes et pommades. Ces formes sont plus faciles à transporter. Seule contre-indication, l’arnica ne doit pas être appliqué sur une plaie ouverte.

Dans le même ordre d’idée, le souci des jardins est également efficace sur les brûlures et petites plaies. On l’utilise sous forme de baume ou de macérat huileux.

L’huile essentielle de menthe poivrée

Elle fait des miracles sur les céphalées et migraines grâce à son effet rafraîchissant. Elle diminue la sensation de douleur. Attention toutefois, à bien l’utiliser. Il ne faut pas l’appliquer autour des yeux. Son usage est déconseillé aux asthmatiques, épileptiques, femmes enceintes et allaitantes et enfants de moins de 6 ans.

Guide gratuit

La gaulthérie odorante amie des sportifs

Son huile essentielle calme les douleurs musculaires de façon quasiment immédiate. Quelques précautions d’utilisation s’imposent : la gaulthérie est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants de moins de 6 ans, aux asthmatiques et aux épileptiques, ainsi qu’aux personnes sous traitements anti-coagulants et aux personnes allergiques aux salycilés, ou avant une opération chirurgicale. Elle peut être irritante pour la peau, donc prenez soin de la diluer dans une huile de massage avant utilisation. Pour plus d’efficacité, on peut lui associer la menthe poivrée, l’eucalyptus citronné et le romarin à camphre.

2- Contre les douleurs chroniques

Par opposition aux douleurs ponctuelles, celles-ci se répètent dans le temps. Les plus fréquentes sont les douleurs articulaires, les douleurs intestinales, les migraines et les douleurs des règles.

L’harpagophytum pour des articulations en forme

Les effets bénéfiques de cette plante africaine sur les douleurs articulaires sont bien connus du grand public. On peut réaliser soi-même des décoctions à partir des racines. Il faut compter 5g de plante pour un demi-litre d’eau, à boire dans la journée. Il n’y a pas d’effet secondaire connu.

La résine d’encens, les feuilles de cassis, l’écorce de saule, les feuilles de frêne, sont également utilisées contre les douleurs articulaires. Hormis l’encens, toutes ces plantes peuvent être consommées sous forme de tisanes et décoctions à faire soi-même.

La grande camomille ou matricaire contre les douleurs féminines

Voilà un vrai remède “de bonne fame”, c’est-à-dire de bonne renommée! La camomille est conseillée pour les céphalées et migraines, ainsi que pour les règles douloureuses.

Pour la consommer, la tisane de fleurs est la forme la plus classique. On la trouve aussi sous forme d’extrait hydro-alcoolique. Vous pouvez en consommer quotidiennement, elle agira au long cour.

Le giroflier

Cette plante, dont est issu le clou de girofle est efficace sur les douleurs dentaires dues à une infection ainsi que sur les digestions inconfortables. On utilise soit le clou, en application directe sur la dent, soit l’huile essentielle. On peut aussi préparer une infusion à base de clous de girofle pour soulager. L’usage de l’huile essentielle de giroflier n’est pas recommandé pour les asthmatiques, les épileptiques, les femmes enceintes et allaitantes.

3- Calmer le feu de l’inflammation au long cours

L’harpagophytum ou la camomille sont utilisés de manière ciblée, pour calmer une douleur localisée. Il existe aussi des principes actifs qui sont efficaces de manière globale. Cela signifie qu’ils agissent quelle que soit la localisation de l’inflammation. Les uns et les autres peuvent évidemment être employés de manière conjointe, pour un effet synergique.

Le curcuma, anti-inflammatoire à tout faire

Cette racine épicée est la star des anti-inflammatoires naturels. Il est principalement utilisé pour calmer les douleurs articulaires ou les inflammations de la muqueuse intestinale, mais il peut être employé pour toute douleur d’origine inflammatoire. On le trouve sous forme de gélules ou d’ampoules. Évidemment, il peut aussi être consommé dans l’alimentation ou sous forme de décoction. Dans ces cas, veillez à le combiner avec du gingembre ou un alliacé (ail, oignon), pour une efficacité maximale. L’usage de curcuma est contre-indiqué en cas de lésion hépatique.

Oméga 3 contre oméga 6

Cet acide gras, extrait de poissons ou de certains végétaux a le vent en poupe! De fait, nous sommes tous carencés en oméga 3. Notre alimentation actuelle favorise un autre type d’acides gras, les oméga 6, à l’effet pro-inflammatoire. Consommer des oméga 3, sous forme d’aliments ou de compléments, permet donc de contre-balancer ce déséquilibre. Si vous optez pour des apports alimentaires, choisissez de petits poissons gras, moins contaminés que les thons et saumons en métaux lourds. Les cures d’oméga 3 sont déconseillés aux personnes sous traitement anti-coagulants et avant une intervention chirurgicale.

L’alimentation anti-inflammatoire

La  base de votre santé est dans votre assiette! L’alimentation permet de prévenir, ou d’améliorer bien des maux, dont l’inflammation. Le régime Seignalet, très restrictif, promet la guérison des pathologies inflammatoires, en supprimant la plupart des aliments transformés industriellement, les produits laitiers et les céréales, ainsi que les aliments cuits.

Sans aller jusque là, vous pouvez commencer par supprimer tous les aliments issus de l’industrie agro-alimentaire (pizza, burgers, chips, plats préparés, Nutella, sodas, jus de fruits, et aussi produits laitiers). Privilégiez une alimentation à base de produits frais, riches en végétaux, en oméga 3, et utilisez des épices et aromates pour l’assaisonner.

4- L’aspect psychologique de la douleur

La douleur n’est pas uniquement une sensation physique. Lorsqu’elle est violente ou chronique elle revêt aussi un aspect psychologique. Cette dimension de la douleur est propre à chacun, et donc difficilement mesurable. Pourtant, soulager l’impact mental d’une situation douloureuse permet aussi d’améliorer le ressenti physique.

L’huile essentielle de marjolaine à coquille

L’huile essentielle de marjolaine à coquille possède des propriétés calmantes et antalgiques. Elle agit sur le système nerveux pour apaiser la douleur et favoriser la relaxation. On peut l’associer avec l’huile essentielle de lavande vraie, ou encore avec l’huile essentielle de camomille romaine. Ces huiles sont simples à utiliser. Leur usage est déconseillé aux femmes enceintes de moins de 3 mois, aux nourrissons de moins de 3 mois, aux asthmatiques, aux épileptiques et aux personnes hypo-tendues.

Le pouvoir relaxant du souffle

Méditation, cohérence cardiaque, yoga, sophrologie stimulent le nerf vague et facilitent la relaxation. Utilisées largement dans la gestion du stress, elles sont également utiles dans les situation de douleurs physiques, qu’elles soient chroniques ou particulièrement aiguës. Le cas le plus parlant est sans doute celui de l’accouchement. Accompagner les contractions par des exercices de respirations permet à la fois de diminuer la douleur physique et l’anxiété.

Il existe un vaste éventail de solutions naturelles pour lutter contre la douleur, qu’elle soit ponctuelle ou chronique. Une alimentation adaptée et le recours à des techniques de gestion du stress basée sur la respiration, constituent une base incontournable à la prise en charge naturelle de douleurs chroniques.

Par Chantal Chapalain, naturopathe certifiée et validée du réseau Medoucine

Chantal Chapalain A propos de l'auteur
Aucun commentaire
    Laisser une réponse