La Marionnette, pour un “parlé” libéré

17 février 2020

Comment échanger avec votre enfant de manière sereine et comment lui permettre de s’exprimer ? Voici les conseils d’Hélène, hypnothérapeute à Marseille.

1.  La Marionnette

La marionnette est en quelque sorte l’intermédiaire idéal. Par elle, l’enfant va pouvoir s’exprimer sans crainte de remontrance, sans honte… libéré d’une charge émotionnelle parfois trop lourde à porter pour lui.

L’enfant prête sa voix et certains gestes à la marionnette… De cette manière, il se détache de l’événement et de l’environnement. Il s’autorise à se raconter ou à raconter plus librement. Car c’est à la marionnette que l’on a dit « ça », c’est à la marionnette que cela est arrivé … La marionnette peut même raconter des choses quelle sait au sujet de son “propriétaire”, raconter des secrets, partager… mais “chut” ce n’est ni le parent ni l’enfant qui dévoile : c’est la marionnette !

La marionnette présente une deuxième fois la réalité qui s’offre à nous.

2.  Chacun la sienne

De son côté, pour équilibrer l’échange, le parent est invité à utiliser également une marionnette… la sienne.

Parent et enfant deviennent ainsi spectateur et auteur d’une pièce de théâtre qu’ils jouent en direct. Le face à face et la confrontation sont éludés. L’enfant et le parent se retrouvent instantanément du même côté, ensembles, complices.

Ce changement de posture permet de :

  • dissiper ou résoudre les problématiques ;
  • trouver les solutions ensemble ;
  • éviter les pièges du jeu “bourreau-victime-coupable” ;
  • exposer les faits ;
  • dire ce qui semble difficile à dire ;
  • éviter les fuites, les refus et les dénis.

S’il y a des émotions telles des colères, de la tristesse ou des peurs, elles sont pleinement exprimées par les marionnettes. Et ce sont les marionnettes qui reçoivent les mots durs ou les colères et non plus l’enfant ou le parent.

Le drame ou la discussion compliquée se transforment en jeu, et peut être en complicité ou en rires retrouvés.

3.  Créer ou choisir sa marionnette

La fabriquer vous-même ou la choisir dans une boutique : l’essentiel est ce temps que vous passez ensemble.

Si vous décidez de créer vos marionnettes : la recherche, le choix du modèle, la collecte des éléments, l’imagination, la fabrication… tous ces instants sont l’occasion de rires, d’activités et de partages.

Celle-ci peut être très simple : un gant de toilette, des boutons, un peu de matériel de couture, ou plus élaborée. L’avantage est qu’aujourd’hui sur internet, on a à sa disposition de multiples tutoriels d’aide à la création.

Vous pourrez également en apprendre plus !!… Découvrir cet avatar, ce double de nous-même. Nous connaissons tous quelque chose sur la marionnette quelque soit notre âge. Elle appartient aux arts vivants, au théâtre du monde. Elle peuple tous les continents, toutes les époques. Elle est universelle, expressive et plusieurs fois millénaire !! Osez partir à la découverte de cet univers et vous parcourrez le monde : de la Chine à l’Inde, du Japon à l’Europe, en passant  par l’Afrique.

4.  Le moment propice

le « bon » moment est celui durant lequel le parent ET l’enfant sont disponibles. Évitez les « entre 2 portes » ou lorsque l’enfant joue de son côté ou lorsque vous êtes pressé.

  • proposez cet instant à votre enfant comme un jeu ;
  • rendez-vous disponible pour que de lui même il vous sollicite.

Le soir, juste avant le coucher cette pièce de théâtre, ce jeu de marionnette complète ou remplace parfaitement “l’histoire du soir”. La marionnette soulage les consciences, libère des ruminations, et permet un sommeil apaisé.

Par Hélène Delebois, praticienne en hypnose et EFT validée et certifiée par Medoucine. 

Hélène Delebois A propos de l'auteur
Aucun commentaire
    Laisser une réponse