Menu

Comprendre notre souffrance grâce à notre propre histoire

Nos souffrances émotionnelles d’ici et maintenant font la plupart du temps écho à des souffrances ou à des événements de vie passés. De façon consciente ou inconsciente, tout est relié en nous. En mettant des mots sur nos maux, en remontant le fil de ce qui s’est construit année après année, nous obtenons des clés et une vision clarifiée sur notre fonctionnement. Nous sommes amenés à mieux comprendre pourquoi nous vivons ou revivons des situations douloureuses.

Comprendre notre souffrance grâce à notre propre histoire

Pexels

Ainsi, dans le cadre d’un travail sur soi avec un professionnel de l’accompagnement, c’est assez naturellement que nous évoquons notre histoire personnelle. Quels liens entre le présent et le passé ? Comment notre histoire peut-elle être éclairante ?

Des traces dans l’esprit et le corps

Tout instant de vie, depuis le tout premier souffle vital, s’inscrit. Il s’inscrit dans le temps, il s’inscrit dans notre être, dans notre corps, notre cœur, notre esprit, notre mental, dans toutes nos petites cellules, dans nos émotions, dans nos réactions, nos comportements, etc. Chaque jour vécu crée notre histoire personnelle. Et depuis notre enfance, chaque seconde sculpte notre personnalité, nos forces, nos vulnérabilités, nos mécanismes de défense et notre rapport au monde.
Si certains événements de vie nous marquent et nous suivent, d’autres plus enfouis, produisent une souffrance sourde en nous. Dans tous les cas, notre corps et notre esprit restent reliés. Telles des disques durs, ils agrègent chaque nouvelle donnée vécue. Ce corpus de données permet à notre être, d’avancer pas à pas, de se positionner et de se réajuster si nécessaire. Cette “digestion” se fait par choix conscient mais aussi par contrainte ou par peur. Ces stratégies forgent notre personnalité, développent en nous des ressources et des outils de protection. Notre corps réagit quand notre esprit se trouble ou se tend. Notre esprit devient confus et inconfortable quand notre corps se manifeste. Cette interaction s’illustre aisément. Quand tout va bien, nous nous sentons confiant, en paix et motivé. Mais lorsqu’un déséquilibre ou un souci apparaît, notre mental prend le pouvoir, rumine sans cesse, notre niveau de stress augmente, notre corps accumule des tensions ou des douleurs (dos, cervicales,…). L’inconfort corps / esprit s’installe.

Comprendre notre souffrance grâce à notre propre histoire

Pexels

Des clés de bien-être

Face à ces différentes souffrances (psychiques, physiques, émotionnelles,…), chacun réagira de façon singulière. Entre déni et quête de mieux, le changement suit un processus spécifique* :

  • L’inconscience inconsciente (j’ignore ce que j’ignore) : dans cette phase, nous rencontrons des difficultés mais n’en avons pas conscience. Dans cet intervalle, l’entourage peut être tenté de déclencher cette prise de conscience ; souvent, en vain.
  • L’inconscience consciente (je sais ce que j’ignore) : nous réalisons que quelque chose ne va pas. Nous rendons réelles nos maux, nos douleurs & souffrances. Si nous regardons la situation en face, nous ne sommes cependant pas encore en  capacité d’imaginer un mieux, sous forme d’action ou de solution concrète.
  • La conscience consciente (je réalise pleinement ce que je vis et agit) : cette troisième phase se caractérise par la décision de changement et sa mise en oeuvre. Nous accueillons totalement notre problématique et cherchons comment la dépasser. Dans cette étape, nous pouvons par exemple, prendre rendez-vous avec un professionnel de la relation d’aide qui avec sa spécialité et ses méthodes, nous accompagnera pour comprendre l’origine de notre mal-être corps/esprit, le soulager et retrouver notre équilibre global.
  • La conscience inconsciente (je vis mes nouvelles capacités psycho-corporelles sans y penser) : le fait d’avoir dénoué  des souffrances passées et d’avoir déconstruit certains mécanismes protecteurs devenus limitants, permet de passer à un nouvel état de bien-être, puissamment intégratif. C’est à dire, prenant en compte notre histoire personnelle, ses résonances ici & maintenant ainsi que des outils, un regard, des postures, renouvelés grâce à l’accompagnement. Nous continuons simplement à vivre, allégé, en ne souffrant plus, ni dans notre corps, ni dans notre esprit.

La prise en compte de notre histoire personnelle a ainsi un grand intérêt pour nous aider à avancer plus sereinement dans nos vies. Il est bon parfois de “regarder dans le rétroviseur” pour apprendre de soi et se libérer de certains blocages psycho-corporels qu’ils soient ponctuels ou chroniques. Cette citation résume parfaitement ce processus : “Je ne peux changer mon passé, mais je peux en transformer le sens“.

* Lire à ce propos :

  • Prochaska, JO, DiClemente, CC. The transtheoretical approach: crossing traditional boundaries of therapy. Homewood, IL: Dow Jones-Irwin; 1984
  • ainsi que les écrits de David Kolb sur le cycle de l’apprentissage.

Par Dominique Meunier, sophrologue, mouvements oculaires, EFT, certifiée et validée du réseau Médoucine.

A lire aussi :

Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Aucun commentaire
    Laisser une réponse