Comment satisfaire votre besoin de reconnaissance ?

19 novembre 2019

Si vous êtes en train de lire cet article, vous n’y êtes sans doute pas encore parvenu… Que vous ayez 15 ou 60 ans, vous courrez derrière elle depuis toujours. En réalité vous en avez reçu. Enfant pour une bonne note ou pour un talent particulier, plus tard pour votre efficacité professionnelle ou vos talents de cuisinier(e) hors pair. Mais cela ne suffit pas. Le plaisir est à chaque fois fugace et vous repartez inlassablement en quête de cette reconnaissance. le coaching est une solution efficace pour parvenir à satisfaire ce besoin incessant de reconnaissance.

Une quête sans fin

Observez comme vous n’en n’aurez jamais assez. C’est un peu comme une drogue, il faut des doses de plus en plus importantes pour obtenir un effet de moins en moins satisfaisant. Certains sont prêts à tout pour obtenir un regard, un geste, l’espoir d’appartenir à un clan. La jeune comédienne abusée, l’édile corrompu, ceux qui abusent de la chirurgie esthétique au point de se défigurer, tous sont portés, et perdus, par le besoin de reconnaissance.

Alors pourquoi courir derrière une chose que nous n’attraperons jamais, ou qui fondra dans nos mains, à peine agrippée ?

Parce que la reconnaissance a une fonction méconnue : celle d’une validation, qui autorise à être ou à faire ce que l’on désire vraiment. Je m’explique par l’exemple : si je suis reconnue comme une bonne mère et une bonne maîtresse de maison, la validation qui m’est donnée par mon groupe d’appartenance m’autorise à me livrer à des activités qui me sont chères mais que je ne m’autoriserais pas en l’absence de cette validation, parce qu’elles ne sont pas socialement valorisées : lire toute la journée (c’est tellement improductif), écrire un nouveau livre (avant d’avoir trouvé l’éditeur), aller au cinéma au milieu de l’après-midi (quand tout le monde travaille)…
Peut-être pas si mal comme mode de fonctionnement, me direz-vous. Sauf qu’en fait la reconnaissance de mes talents de maîtresse de maison ne m’apporte pas le plaisir attendu (pas plus que les bonnes notes ou les félicitations de mon patron), parce que ce n’est pas ça en réalité que je cherche. Je cours donc sans fin derrière quelque chose que je ne veux pas vraiment. Et donc l’autorisation ne vient pas, et je ne suis toujours pas moi-même.

Personnellement, comme je sais tout ça, je n’attends plus cette validation, et je crois que tout le monde y gagne : j’écris le dimanche matin dans mon lit, très loin de la posture de mère parfaite, sans la moindre idée de ce qui sera au menu du déjeuner, de si les devoirs seront faits, du temps que passeront les uns et les autres devant leurs écrans. Parce que je sais que quand j’aurai donné du sens à ma matinée (aujourd’hui il s’agit de mener à bien cet article), je serai disposée à un partage sans arrière pensée avec ma famille, qui au demeurant se fiche complètement de l’heure et de la provenance du repas et qui, dans le pire des cas, est en capacité de l’assurer sans mon aide. J’ai compris qu’aucune validation ne pouvait être exigée, de qui que ce soit, pour m’autoriser à faire vivre ce qui a du sens pour moi. Parce que c’est ma seule vraie richesse, et que, sauf à ne pas la cultiver, elle sera toujours vivante en moi, comme une ressource inépuisable d’épanouissement.

Derrière quel tampon courrez-vous ?

Imaginez que vous n’ayez pas attendu cette fameuse reconnaissance pour être ou faire ce que vous vouliez vraiment. Pensez-vous que vous auriez rencontré un succès plus ou moins grand ? Que votre œuvre aurait-été plus ou moins réussie ? Que vous auriez été plus ou moins épanoui.e ? Quel rôle la reconnaissance a-t-elle réellement joué jusqu’à présent pour vous ?

Sentez-vous comme la seule re-connaissance dont vous avez besoin, c’est la vôtre ? C’est ce mouvement venu de l’intérieur qui dit « je vois qui je suis, je comprends de quoi j’ai besoin, et je vais me le donner, quoi qu’en pensent les autres ». Mais c’est plus facile à écrire qu’à obtenir, et pour cela, l’aide d’un coach peut-être précieuse. Parce que son questionnement va vous aider à voir clair, à ne pas perdre votre intention en chemin, et son soutien vous permettra de passer fermement à l’action.

Et la merveille de cette démarche, c’est qu’alors, à votre place, aligné avec vos désirs et vos talents, sans rien attendre qu’un soleil intérieur, vous récolterez une reconnaissance spontanée, douce et pleine de sens, que vous n’aurez pas attendue, qui ne vous aura rien coûté, et qui initiera un cercle vertueux en venant renforcer votre action.

 

Par Pauline Charneau, coach certifiée et validée par le réseau Medoucine.

 

Pauline Charneau A propos de l'auteur
Aucun commentaire
    Laisser une réponse