Menu

Comment choisir ses huiles alimentaires ?

huile-alimentaire

Si décrypter les étiquettes de certains produits du quotidien peut s’avérer très complexe, soyez rassurés, car pour les huiles alimentaires c’est très facile de faire le bon choix !

Pour bien interpréter les mentions indiquées sur la bouteille, il faut tout simplement comprendre le processus d’extraction de l’huile (dans les grandes lignes).

Comprendre le processus d’extraction de l’huile

  1. Une fois récoltés, les fruits sont lavés et les graines, lavées puis décortiquées avant d’être broyés à froid. Les presses d’aujourd’hui permettent toutes de presser à basse température.

Si toutefois la mention « pressée à froid » n’apparaît pas, cela signifie que le fabricant utilise une méthode d’extraction par solvant chimique, certes plus efficace en termes de rendement mais plus du tout naturel.

  1. Puis vient la trituration, une étape qui consiste à séparer l’huile du reste de la pâte et qui permet d’obtenir une huile brute qui sera ensuite filtrée.

Donc si vous lisez « pression à froid » sur votre bouteille, c’est déjà un gage de qualité. Mais ce n’est pas suffisant.

Car une 3ème étape après trituration peut être ajoutée : c’est celle du raffinage.

  1. le raffinage consiste à « nettoyer » l’huile de ses composés responsables de son oxydation afin qu’elle se conserve plus longtemps mais aussi pour qu’elle soit plus calibrée, plus uniforme, plus jolie…

L’étape consiste à ajouter de l’acide qui va enlever ses composants, puis de la soude pour supprimer les résidus acides, puis encore un nettoyage à l’eau chaude pour éliminer les savons créés par la soude. Enfin, pour uniformiser la couleur de l’huile et la désodoriser, on peut ajouter une dernière étape de dépigmentation et un chauffage.

Après ces traitements, l’huile se garde plus longtemps mais perd de son goût et ses molécules antioxydantes les plus fragiles (vitamines, polyphénols). Le raffinage dénature aussi la structure des acides gras pourtant si bénéfiques à notre bien-être.

Comment s’assurer que votre huile n’est pas raffinée ?

Vérifier qu’il est mentionné « Vierge ».

Une huile vierge provient d’une seule espèce, obtenue par des procédés uniquement mécaniques et ne contenant pas d’additifs.

Autres astuces pour identifier rapidement en rayon les bonnes huiles :

  • elles sont contenues dans des bouteilles en verre fumé qui les protègent de la lumière.
  • elles sont dans des petites bouteilles notamment les huiles riches en Oméga 3 qu’il faut consommer rapidement en les conservant au frigo une fois ouvertes.
  • elles présentent un label Bio qui garantit que les fruits et les graines sont exemptes de pesticides. Généralement les huiles biologiques sont vierges et de première pression à froid.

Et qu’en est-il de la qualité nutritionnelle ?

3 informations à retenir :

  • Les acides gras sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme. Les Omégas 3-6-9 sont des acides gras dits « essentiels » c’est-à-dire que notre corps ne peut pas les fabriquer, il faut donc les apporter par l’alimentation et les huiles végétales en sont une excellente source :
    • Oméga 3 : lin, cameline, chanvre, colza, noix…
    • Oméga 6 : tournesol, sésame, pépins de raisin…
    • Oméga 9 : olive, noisette, amande douce…
  • Il n’y pas de bon et de mauvais gras. Tout est une question d’équilibre. Les études scientifiques s’accordent à conseiller un ratio oméga-6/oméga-3 inférieur à 4/1.

A ce jour nous sommes plutôt carencés en Oméga 3 qu’en Oméga 6 d’où l’importance de rechercher des huiles riches en Oméga 3 comme les huiles de colza ou de noix.

  • Les huiles ne doivent pas être dénaturées dans leur fabrication mais aussi dans leur utilisation. Il faut savoir que les huiles riches en acides gras polyinsaturés (Oméga 3 & 6) chauffées à haute température génèrent des composés toxiques. Les huiles mono-insaturées (olive, noisette) supportent mieux la chaleur tout comme les acides gras saturés (huile de coco).

La vinaigrette de Naturo :

  • 50% d’huile d’olive / 50 % d’huile de colza ou de noix
  • Un peu de vinaigre de cidre
  • Beaucoup d’aromates (ail des ours, ciboulette, basilic, graines de moutarde, etc.)

3 cuillères à soupe par jour pour les femmes et 4 cuillères à soupe pour les hommes. N’ayez pas peur du gras, il n’est pas responsable de la prise de poids (c’est le sucre qui est majoritairement en cause).

 

Par Marie Abiven, Naturopathe iridologue certifiée et validée par Medoucine.

Marie Abiven A propos de l'auteur

Praticienne en naturopathie, aromathérapie et phytothérapie.

Aucun commentaire
    Laisser une réponse